28 janvier 2007

Vous m'emmerdez, le tout en vrac.

C'est vrai, je ne vous parle pas de mes problèmes, je garde pour moi, j'intériorise. C'est comme ça. Mais du coup, vous me parlez tous de vos problèmes, croyant que ma vie est un long fleuve tranquille, dénuée de souci, de problèmes et d'angoisses, et que donc je vais être parfaite pour vous écouter pendant des heures, consoler, et donner des conseils.
Mais les gens, réveillez-vous! C'est pas parce que je parle pas de moi que je ne suis pas comme vous, avec mes problèmes, et c'est pas parce que je ne parle pas de moi que ça m'emmerde pas de vous entendre baver sans arrêt. Oui, j'ai toujours l'air d'aller bien, mais vous croyez quoi?
Je me plains pas, vous si. En permanence. Et je finis par ne plus supporter vos crises d'ados pré-pubères pathétiques et méprisables. C'est toujours à moi de faire des efforts pour aller dans votre sens. Jamais vous n'essaierez de vous mettre à ma place et juste de me foutre la paix avec vos problèmes? Jamais vous n'essaierez de ne pas faire la gueule juste parce que quelque chose vous contrarie? Jamais vous n'essaierez de vous comporter en adultes responsables? C'est toujours moi qui doit encaisser votre mauvaise humeur, sans jamais que vous pensiez que j'en ai assez de vous entendre ruminer des conneries. Parce que oui, admettez le au moins une fois dans votre vie, vous vous plaignez pour n'importe quoi! Vous manquez de pudeur! Et vous ne relativisez jamais rien. Vous ne vous rendez pas compte que y'a pire que ce que vous vivez? Ca me dépasse!
Mais je suis une fille gentille, alors j'écoute les problèmes. De tout le monde, sans aucune exception. Sauf que là, je fais overdose ! Vous m'emmerdez avec vos problèmes à deux balles! Vos faux dillemmes, vos faux soucis, vos faux problèmes que vous ne faîtes parfois même pas l'effort d'affrontrer. Vous ne faites jamais aucun travail sur vous même. Vous ressassez, sans vous rendre compte de votre chance ! Votre petit ego, votre petite personne, votre petit confort, y'a que ça qui vous intéresse!
Je suis toujours là. Sans exception. Et quand j'ai le malheur d'avoir mes problèmes aussi, même si je n'en parle pas (ce dont je n'ai pas la moindre envie, je le répète), ça vous fait chier, parce que ça vous empêche de vous plaindre. Mes pauvres petits malheureux, c'est trop dur la vie hein? Bah ouais, j'ai une vie de mon côté! Et du coup, occasionnellement, je ne peux pas vous écouter. Dommage, mais ça arrive. C'est pas une raison pour m'en vouloir, ni pour me faire comprendrz que je n'ai pas été à la hauteur, parce qu'à la hauteur, je le suis, je n'ai strictement rien à me reprocher. Apprenez à vivre seuls un peu. Arrêtez d'être des assistés permanents, ça vous rend cons !
Ca marche pas comme ça. Maintenant ce n'est plus à sens unique. Vous ne faîtes pas d'efforts pour respecter mon envie de "solitude", c'est-à-dire ma vie, tout simplement? Je n'en ferai plus pour vous écouter parler.
Sur ce, je vais me calmer. De toute façon, mes coups de gueule ne durent jamais bien longtemps, parce que je sais bien qu'ils sont le résultat de ces fameux faux problèmes que je condamne. Moi au moins, j'ai la décence de n'importuner personne, puisque personne n'est obligé de lire ce blog, et de reprendre mes esprits presque aussitôt.
Tchüss.

Posté par Jane_Jones à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Vous m'emmerdez, le tout en vrac.

Nouveau commentaire